Des affrontements entre hommes et femmes iraniens avant le match contre le Pays de Galles.

Une femme a été expulsée du terrain au stade Ahmed Bin Ali. minutes avant le début de la Iran-Pays de Galles dans le Coupe du monde au Qatar quand elle a déployé un T-shirt de protestation contre le régime iranien qui affichait le nom de Mahsa Amini, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne pour ne pas avoir porté son voile.

La mort d’Amini a déclenché une vague de mobilisations qui sont devenues l’un des défis les plus sérieux pour la République islamique depuis les années chaotiques qui ont suivi sa création. Et ces agitations ont débordé sur Qatar avec des fans pro-gouvernementaux scandant contre des fans anti-gouvernementaux à l’extérieur du stade. Ahmad Bin Ali sur Rayán.

Contrairement à ses débuts contre Angleterre, aujourd’hui, les joueurs ont chanté l’hymne national.

Affrontements entre Iraniens

Certains supporters iraniens ont confisqué les drapeaux persans prérévolutionnaires des fans entrant dans le stade et ont insulté ceux qui portaient des T-shirts portant le slogan des manifestations qui secouent le pays depuis plus de deux mois, « Femmes, vie, liberté« .

De petits groupes d’hommes ont scandé avec colère « République islamique d’Iran » à l’encontre de femmes donnant des interviews sur la situation dans le pays à des médias étrangers à l’extérieur du stade.

Aux portes du poste de contrôle de sécurité d’Ahmad Bin Ali, des éclats de voix ont éclaté entre les partisans qui scandaient « Femmes, vie, liberté » et ceux qui répondaient par l’expression « République islamique« .

De nombreuses fans féminines étaient visiblement mal à l’aise lorsque des partisans pro-gouvernementaux les ont entourées de drapeaux du pays et les ont filmées avec leurs téléphones portables.

Un groupe de supporters portant des casquettes portant le nom de l’ancien footballeur iranien Voria Ghafori, arrêté jeudi en Iran, a déclaré que des partisans pro-gouvernementaux auraient volé ces objets.

Certains supporters opposés à la théocratie iranienne au pouvoir ont également brandi des pancartes de soutien aux protestations lors du premier match, contre l’Angleterre, lundi. Les joueurs iraniens ont ensuite écouté l’hymne dans une étreinte silencieuse.

Le site web «Fédération Internationale de Football Association» (FIFA) est en train de désigner l’Iran comme le prochain pays à héberger la Coupe du Monde féminine de Football, mais cela pourrait être mis en péril par les récents événements dans le pays. La semaine dernière, des Iraniens ont manifesté à Téhéran contre le port obligatoire du hijab islamique pour les femmes, et il y a eu des affrontements violents entre les manifestants et la police. Ces événements ont eu lieu juste avant le match de qualification pour la Coupe du Monde féminine de Football entre l’Iran et le Pays de Galles, et il y a eu des rapports selon lesquels les supporters du Pays de Galles ont été agressés par des spectateurs iraniens. Si la FIFA choisit de ne pas punir l’Iran pour ces événements, il est possible que le pays soit disqualifié pour héberger la Coupe du Monde féminine de Football.