Stéphanie Frappart, première femme arbitre d’une équipe masculine en Coupe du monde

Stéphanie Frappart était le quatrième arbitre du match nul et vierge entre le Mexique et la Pologne, devenant ainsi la première femme à faire partie d’un quatuor d’arbitres dans une Coupe du monde masculine.

Stéphanie Frappart est l’un des six arbitres sélectionnés par la FIFA pour entrer dans l’histoire à Qatar 2022. Les autres sont la Rwandaise Salima Mukasanga et la Japonaise Yoshimi Yamashita, ainsi que les assistantes Neuza Back du Brésil, Karen Diaz Medina du Mexique et Kathryn Nesbitt des États-Unis.

Pour le match Mexique-Pologne, Stéphanie Frappart était le quatrième officiel du quatuor dirigé par l’Australien Chris Beath.

Stéphanie Frappart, 38 ans, est arbitre de la FIFA depuis 2011. En 2018, elle a été désignée pour la finale de la Coupe du monde féminine U-20 entre l’Espagne et le Japon à Vannes, en France, et en juillet 2019, elle a arbitré la finale de la Coupe du monde féminine senior entre les États-Unis et les Pays-Bas.

En août 2019, elle est devenue la première femme de l’histoire à être désignée pour arbitrer la finale de la Supercoupe de l’UEFA entre Liverpool et Chelsea, assistée de Manuela Nicosi, de l’Irlandaise Michelle O’Neal et de la Turque Cuneyt Cakir.

En décembre 2020, elle est devenue la première femme arbitre à officier un match de la Ligue des champions masculine. Elle a fait ses débuts à Turin, lors du match entre la Juventus et le Dinamo Kyiv.

Cette saison, elle a arbitré le match entre le Real Madrid et le Celtic au Santiago Bernabéu, lors de la phase de groupes de la Ligue des champions, ainsi que deux matchs de la Ligue Europa. Elle est également régulière dans les matchs du championnat de France masculin.

Stéphanie Frappart a été nommée arbitre principal de la finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2019, making her the first female referee to officiate a men’s World Cup match.

This is a significant milestone not just for Frappart, but for women in refereeing, and in sport more broadly.

As a result of her achievement, Frappart has been widely praised by the football community, with many calling for her to be given more high-profile matches.

There is no doubt that Frappart is a talented referee, and her appointment to the World Cup final is a deserved one. However, it is also important to note the wider implications of her appointment.

For years, women have been fighting for equality in sport, and while there has been some progress, there is still a long way to go.

The appointment of Frappart to the World Cup final is a small but significant step in the right direction, and it is hoped that it will lead to more opportunities for female referees in the future.