Choc pour les Fennecs: Belmadi claque la porte, quel futur pour l’équipe d’Algérie?

L’onde de choc se propage à travers le monde du football africain après une annonce surprenante au sein du vestiaire algérien. La sentence est tombée dans une atmosphère alourdie par la déception et l’émotion : le sélectionneur Djamel Belmadi aurait pris la décision radicale de quitter son poste. L’information, qui reste à confirmer officiellement, résonne déjà comme un symbole fort du tumulte actuel de l’Équipe nationale de football d’Algérie, en proie à une tempête suite à son échec cuisant lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations(CAN).

Fin d’une ère: Belmadi annonce son départ en plein tumulte

La défaite de trop, celle qui scelle le sort d’un entraîneur? À Bouaké, en Côte d’Ivoire, après l’inattendue et amère défaite face à la Mauritanie (0-1), le sélectionneur de l’équipe nationale d’Algérie, Djamel Belmadi, aurait communiqué aux joueurs sa décision de démissionner, révèlent les sources d’Algérie Presse Service (APS). En poste depuis août 2018, le technicien aurait ainsi choisi de ne pas s’éterniser davantage sur un banc rendu instable par les récents résultats sportifs.

En conférence de presse, l’attitude de l’entraîneur était scrutée, ses mots pesés, mais Belmadi est resté évasif, voire silencieux, sur son avenir, laissant place à un suspens insoutenable pour les fans et observateurs du football algérien.

Une elimination qui laisse des séquelles

Une élimination précoce lors des phases de poule de la CAN 2023, des scènes de tension avec les supporteurs, et une altercation médiatisée avec un journaliste : le séjour en Côte d’Ivoire ne restera assurément pas comme un doux souvenir pour l’équipe d’Algérie ni pour son sélectionneur. Cette énième contre-performance, après le sacre en 2019, remet en question l’avenir de plusieurs joueurs au sein de la sélection nationale.

Signe que cet échec n’est pas une simple anicroche dans le parcours des Fennecs, plusieurs joueurs pourraient eux aussi emboîter le pas de Belmadi en quittant l’équipe. Le « climat de terreur » que le coach aurait instauré, selon des critiques, contribue à une atmosphère déjà sensiblement chargée en reproches et en frustrations.

Le bilan de Belmadi, entre ombres et lumières

Djamel Belmadi, critiqué pour sa communication et son attitude suite à l’échec de l’Algérie dans ce tournoi majeur, pourrait laisser derrière lui un bilan mitigé. Après avoir conduit les Fennecs au sommet de l’Afrique en 2019, la descente aura été tout aussi rapide que l’ascension fut glorieuse. Des choix stratégiques qui ont fait débat, un parcours chaotique, et une pression constante auront marqué son passage à la tête de l’équipe.

Il assume néanmoins ce fiasco de son équipe à la CAN 2024 en Côte d’Ivoire, rappelant que dans le sport de haut niveau, les hauts sont souvent suivis de bas. La reconnaissance du passé glorieux ne saurait toutefois masquer la nécessité d’une profonde remise en question dans la gestion du sport roi algérien.

Vers une réforme du football algérien?

La déconvenue à la CAN est porteuse d’un message clair : le football algérien, au-delà de la figure de Djamel Belmadi, apparaît comme un « cache misère » devenu insuffisant pour occulter les lacunes structurales. D’une réforme profonde dépendra la capacité de l’Algérie à rebondir et à s’affirmer à nouveau comme une nation phare du football africain.

Les autorités sportives algériennes et les acteurs du football national sont ainsi face à un immense chantier, celui de la reconstruction et de la restructuration, condition sine qua non pour que ce sport, qui suscite tant de passions, trouve un second souffle et permette à l’équipe nationale de s’orienter vers un avenir plus radieux.

Revolutionnez votre quotidien avec Google Wallet sur les montres Wear OS : découvrez les fonctionnalités incontournables !

Voter pour cet article
Afficher Masquer le sommaire