Lassana Diarra : il gagne son procès contre la FIFA et l’URBSFA

0

C’est un transfert avorté au sein du club de Charleroi qui a poussé Lassana Diarra à porter plainte contre la FIFA et l’URBSFA en février 2015. Aujourd’hui, le tribunal du commerce du Hainaut donne raison au joueur. Je reviens sur cette affaire, dans la suite de mon article.

Une violation du droit à la libre circulation des travailleurs

Lassana Diarra reproche donc à la FIFA, ainsi qu’à la Fédération belge de football d’avoir avorté le transfert vers Charleroi. Mais revenons au début de cette histoire.

En 2014, alors qu’il officiait à Moscou, Lassana Diarra a subi une rupture de contrat, en raison d’absences répétées aux entraînements. Les russes avaient alors estimé que le joueur leur devait un dédommagement, à hauteur de 10 millions d’euros. Or la FIFA prévoit, dans ce cas précis, que le futur club qui aurait pu acheter le joueur se verrait également débiteur de cette somme.

Cependant, le joueur avait proposé à la FIFA de s’engager avec le club de Charleroi, à condition que celui-ci ne soit pas dans l’obligation de payer la somme relative aux dommages et intérêts de Diarra à Moscou. L’actuel joueur de l’OM avait alors porté plainte.

Le couperet est tombé : le tribunal de commerce du Hainaut, en Belgique, condamne la FIFA et l’URBSFA à verser un montant de 6 millions d’euros à Diarra, pour l’avoir privé de rémunération. D’après le tribunal, il s’agit d’une violation du droit à la libre circulation des travailleurs au sein de l’Europe. Lassana Diarra remporte donc le procès.

Partager >>

A propos de l'auteur

Alain porte les couleurs de l’OL et ne manque jamais une occasion de vanter la supériorité de son club de coeur. Aussi passionné que cultivé, il connaît toute l’histoire du football et vous donnera les dernières infos de foot.